Mai06

Confinement, jour 50.

Posté par Frank Admin le 06.05.20  ~  Posted in: Non catégorisé

J'avais dans l'idée de m’écœurer en prose, à la vue aujourd'hui du Président Omniscient qui s'agite en direct live sur des chaînes d'info indulgentes, à l'occasion de la découverte qu'il fît à la lecture d'une lettre ouverte commise par nombre d'artistes, du fait qu'il y aurait en France une Culture avec un grand C. Culture au chevet de laquelle il ne lui en faut pas plus pour se poser, toutes gesticulations dehors et fort à propos, en sauveur.

Mais avant cela, je viens de voir une vidéo postée par Vincent Lindon à propos de la crise sanitaire actuelle, à propos de laquelle il ressort des commentaires lus ici et là que beaucoup de gens lui reprochent de parler ainsi de l'état de la France alors qu'il n'est pas compétent, et que pour cette raison beaucoup s'enorgueillissent de lui pourrir la tête sans avoir écouté un seul mot de sa contribution.
En gros : il ferait mieux de nous divertir et de la fermer.

Ce à quoi je réponds, en un, oui mais enfin là, pour nous divertir, les artistes, faudrait peut-être déjà qu'ils puissent sortir, et ne pas crever de faim. Je ne suis pas inquiet pour Lindon, mais tous les intermittents ne sont pas aussi bien lotis.
Et puis, en deux, pourquoi ne pourrait-il pas donner sa vision des choses quand des millions de connards le font impunément à longueur de journée sur des réseaux sociaux ? Y compris donner leur avis sur cette prestation qu'il n'ont pas vu, donc sur laquelle il sont incompétents. CQFD.

Je trouve donc un peu lapidaires le fait de mettre sa prose directement à la poubelle sans l'avoir écoutée. Soit on a pas envie d'écouter, c'est parfaitement autorisé, mais on devrait alors aussi être autorisé à ne pas donner son avis. Soit on l'écoute et on peut s'autoriser à le donner.
Alors j'ai écouté.

Bon, son texte n'est effectivement qu'un résumé, vu de sa fenêtre, de la situation actuelle et de ses origines (par "situation actuelle" j'entends l'état délabré du secteur de la santé à l'arrivée de la pandémie, mais aussi de la déconnexion des soit-disants "élites" gouvernantes). Pas de surprise, mais c'est toujours bon à rappeler, même si j'imagine que beaucoup de néolibérophiles ne seront pas du tout d'accord avec l'analyse.

Après, sur les propositions qu'il tente, je comprends qu'on dise que ce n'est pas son rôle, mais, de la même manière qu'il y a 60 millions de sélectionneurs en France à l'occasion d'une coupe du monde de foot, le fait de ne pas être compétent sur un domaine particulier n'a jamais empêché personne de donner son avis.

Bon, à vrai dire là aussi, ses propositions mêlées de Jaune et de RIC, avec un soupçon d'idées colorées révolution française, relèvent de l'utopie même si j'y adhérerais si je ne les savais pas irréalisables. Mais il a le droit d'y croire, la liberté de culte est inscrite dans la Constitution Française.

Pour en revenir à la culture en perdition, une fois qu'on a dit qu'elle contribuait autant au PIB que l'aviation, et 7 fois plus que l'automobile, et que c'est pourtant PSA qu'on autorise à rouvrir ses usines, et à Airbus qu'on (je dis "on", parce que, comme disait Coluche, "rigolez pas, c'est avec notre pognon") qu'on file du blé, on a dit l'essentiel. Les bagnoles que personnes n'achète pour raisons de confinement semblent être devenues un produit de première nécessité, comme les avions. Mais pas des spectacles à même de sauvegarder la santé mentale de 67 millions de confinés.

Je ne dis pas que ce n'est pas bien de filer nos économies à Airbus pour sauver 135000 emplois directs et autant d'indirects, et sauver la région toulousaine par la même occasion. Ce que je dis, c'est je ne comprends pas pourquoi il n'a pas paru aussi urgent de sauver les 450000 emplois directs liés à la culture, plus le bon million d'emplois indirects qu'elle génère. Pourquoi a-t-il fallu que des artistes soient obligés d'écrire une lettre ouverte pour que Macron s'aperçoive qu'il y a une Culture en France, et pas que des bagnoles et des zincs ??

Je crois savoir pourquoi. Il fait un syndrome post-traumatique, il a occulté la Culture après avoir été cloué au pilori lorsqu'il a sorti Brigitte au théâtre pour montrer au gens d'en bas qu'il fallait sortir malgré le coronavirus. Une semaine avant de décréter le confinement.

Mai06

Jour 50, récréation.

Posté par Frank Admin le 06.05.20  ~  Posted in: Non catégorisé

Comment appelle-t-on un chien qui n'a qu'une seule patte ?
On s'en fout, de toute façon il ne viendra pas.

Mai09

Confinement, jour 53.

Posté par Frank Admin le 09.05.20  ~  Posted in: Non catégorisé

Il y a des jours où on a envie de râler. Je sais, je gueule depuis quelques jours déjà, mais ce que je vois en ce moment dépasse mes capacités de zénitude, je craque un peu devant tous ces minables. Le verre à moitié plein d'optimisme s'est renversé sur la table de leur dégueulasseries, et maintenant il est plein de vide. Un grand vide déprimant.

Tout le monde a vu cette mémorable photo de Castaner avec les couturières.

"Je ne tolérerai aucun manquement quant à l'application des gestes barrières et de distanciation sociale", nous disait pas plus tard qu'il y a quelques jours l’équarrisseur de Beauvau, celui qui, avant de bientôt re-remplir les hôpitaux en ne respectant pas les règles sanitaires qu'il prône sous peine de prunes à 135 euros, avait déjà rempli les hôpitaux de manifestants, éborgnés et démembrés par ses brigades de CRS à coups de LBD et de grenades de désencerclement.

Pire. Il ose mettre sa bourde monumentale sur le dos des couturières de Mortelecque.

"Cette photo prise, à la demande des couturières fières de leur travail, n'aurait pas dû être prise dans ces conditions", admet Beauvau (mais on n'imagine pas une seconde que le ministère parle publiquement sans l'aval du patron. Si ?...).

C'est pas ma faute, c'est elles qui voulaient d'abord.
Comme c'était de la faute des Gilets Jaunes, descendus dans la rue pour crier la misère des fins de mois pour cause de capitalisme décomplexé du dividende. Comme c'était de la faute des personnels soignants descendus dans la rue pour crier la pénurie de tout, pour cause de rentabilité financière, avant de s'user à sauver des infectés sans matériels ni protections pour cause de rentabilité financière, au risque de leur vie pour compenser les carences d'un système dépecé pour cause de rentabilité financière.
C'est pas ma faute, c'est eux qu'y z'ont commencé.

Et merde à la fin.
Les types qui ont commis cette gabegie vont toucher des retraites de ministres, sans compter les salaires cumulés de 25 mandats simultanés jusqu'à ce qu'ils soient liquides et qu'on les ramasse à la serpillière.
Aucun n'ira en tôle.
Aucun ne dira pardon.
Tous seront dans les livres d'histoire, pour les mauvaises raisons.

On se prend à rêver de Louis XVI.

Mai09

Jour 53, récréation.

Posté par Frank Admin le 09.05.20  ~  Posted in: Non catégorisé

Trois copains de régiment, un toulousain, un bordelais et un marseillais, se retrouvent après quelques années : "Qu'est-ce que tu deviens maintenant ?"


- Ben moi, dit le toulousain, j'ai repris la petite épicerie de mon père. Je l'ai développée et ça marche pas trop mal. C'est pas encore Carrefour mais c'est déjà une belle épicerie.
- Moi, dit le bordelais, j'ai repris la petite quincaillerie de mon père. Je l'ai développée et j'en suis très content. C'est pas encore Casto mais c'est déjà une belle quincaillerie.
- Et ben moi, fait le marseillais, vous vous rappelez que mon père était maquereau et qu'il avait quelques filles. J'ai repris l'affaire et je l'ai pas mal développée. C'est pas encore l'OM, mais c'est déjà un beau bordel.

Mai11

Déconfinement, jour 1.

Posté par Frank Admin le 11.05.20  ~  Posted in: Non catégorisé

Aujourd'hui c'est le 11 mai. C'est la fin officielle du confinement. C'est donc peut-être le dernier post de ce journal de confinement.
Ou pas.

Car, plus exactement, c'est la fin de l'attestation de sortie par temps de confinement. Quelques élèves vont retourner à l'école, pas tous, et pas tous en même temps. Quelques parents vont retourner au travail, pas tous, et pas tous en même temps. Quelques magasins vont rouvrir leurs portes, pas tous, et pas les restaurants.

Comme il a suffit de rassembler 100 personnes à un enterrement en Dordogne pour que l'épidémie reparte comme en 14, on imagine assez mal comment ça pourrait bien se passer en lâchant dans la nature une soixantaine de millions d’hurluberlus qui sont restées cloîtrées chez eux pendant deux mois. Pas la peine de lire dans le marc de café.

Il est sans doute plus utile de se demander QUAND on va être reconfinés, plutôt que SI on va l'être. Mais ça n'est pas le plus grave.

Le plus grave, c'est qu'on a perdu 20 degrés dès le premier jour de liberté. Premiers pas hésitants sans autorisation de sortie à 135€ l'oubli, après avoir passé deux mois en prison, à rester en marche arrêtée et à aller bosser chez soi, pour les plus chanceux à faire des barbecues par des soleils marocains sans pouvoir inviter le moindre bédouin, et PAN : il faut mettre la doudoune, le K-Way, sortir le parapluie et les bottes.

La nature est vraiment en pétard. Elle n'a pas fini de nous faire payer l'addition.

1 ... 5 6 7 8 9 10 ...11 ...12 13 14 16